Forêt équienne versus inéquienne

Forêt équienne versus inéquienne

Les forêts ne sont pas toutes identiques. La forêt boréale, ou forêt de conifères, est de type équienne, tandis que les forêts mixtes et feuillues possèdent une structure inéquienne.

Une forêt équienne signifie qu’elle est formée d’arbres qui ont sensiblement le même âge, la même hauteur et des diamètres similaires. Ce type de forêt est souvent composé d’une essence très dominante. À l’opposé, une forêt qui comprend des arbres d’âges variés, de hauteurs différentes et qui présente le plus souvent une diversité en essences, possède une structure inéquienne.

Ces différentes structures de forêt ne sont pas le fruit du hasard, mais bien la conséquence des perturbations d’origines naturelles ou anthropiques (humaines). Les conifères qui composent la forêt boréale contiennent une résine qui est très inflammable. Lorsque la foudre frappe dans ce milieu, le feu se propage à très grande vitesse, laissant derrière lui de grandes superficies de forêt brûlées. Lorsque les arbres recolonisent le secteur touché, ceux-ci bénéficient tous du même apport en énergie lumineuse et en éléments nutritifs, ils poussent approximativement tous en même temps et laissent place à une nouvelle forêt équienne. Le même scénario se produit lorsque la forêt de conifères est victime d’une épidémie d’insectes. Quant à elles, les forêts composées principalement de feuillus, ou mélangées feuillus-conifères, ne sont pas touchées par les mêmes perturbations naturelles. Ces forêts comprennent une plus grande variété en espèces d’arbres et chacune de ces essences ne réagira pas de la même façon aux perturbations (grands vents, verglas, insectes nuisibles, etc.). Les arbres ne vont donc pas mourir tous en même temps, ce qui va créer des trouées ici et là, où de jeunes arbres grandiront entourés d’arbres d’âges, de hauteurs et de diamètres différents.
Les coupes forestières sont basées sur cette dynamique, afin de reproduire un résultat similaire aux perturbations naturelles. En forêt boréale, les aménagements forestiers préconisés, entre autres les coupes avec protection de la régénération et des sols (CPRS) laissent place à une forêt équienne, tandis qu’en forêts feuillues ou mixtes, les coupes de jardinage favorisent une structure inéquienne.
Photo : © Mickael Brangeon