Possibilité forestière

Possibilité forestière

Afin de savoir ce qu’il est possible de récolter dans notre forêt, il est primordial de savoir ce qu’elle est capable de produire. Pour cela, des inventaires forestiers sont faits tous les 10 ans par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. L’inventaire consiste à acquérir des données qui permettent d’estimer la qualité et le volume des bois sur pied ainsi que la productivité des forêts. Avec les données de l’inventaire, le Bureau du Forestier en chef calcule la possibilité forestière.

La possibilité forestière est le volume maximum que l’on peut récolter annuellement, sans diminuer la capacité de production de notre forêt. C’est comme si vous aviez 100 $ dans un compte en banque avec un taux d’intérêt de 10 % par année. Après un an, vous avez 110 $ dans votre compte. Si vous retirez uniquement les intérêts, soit 10 $ chaque année, il vous restera toujours 100 $ donc votre capital est toujours là! C’est le même principe pour la forêt;  ce qui est prélevé est uniquement « l’intérêt »! On ne coupe pas plus que ce que la forêt peut produire, pour que les générations futures puissent elles aussi en profiter.

Le calcul de la possibilité forestière se fait tous les 5 ans et tient compte de plusieurs critères tels que la dynamique naturelle des forêts, leur composition, leur structure d’âge les aires de protection et la probabilité de perturbation par les feux, les insectes et les maladies.

C’est donc dans le but de gérer durablement les forêts du Québec que les aménagistes forestiers planifient les récoltes, en fonction de la possibilité forestière produite par l’équipe du Forestier en chef.